Monstres en tout genre

Les débuts du cinéma d’horreur sont marqués par une influence des légendes populaires. Afin de provoquer l’angoisse et de parler au plus grand nombre, les réalisateurs et producteurs n’hésitent pas à utiliser des monstres du folklore pour leurs œuvres. Les légendes sont peuplées de figures connues du public et donc sont plus à même d’attirerLire la suite « Monstres en tout genre »

Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur : épouvante et questions sociales

Un point que nous avons finalement peu abordé, c’est celui du mode de production. Il est assez récurrent lorsqu’on parle de cinéma d’horreur d’en faire abstraction. Cela permet de ne pas questionner l’objectif derrière la création des œuvres d’épouvante (quel public doivent-elles toucher ?)[1]. Le phénomène est pourtant connu, d’autant plus pour le cinéma d’exploitation dontLire la suite « Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur : épouvante et questions sociales »

Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Le cinéma d’horreur en URSS

L’opinion dominante veut que le cinéma d’horreur fût inexistant en URSS (sauf une exception) et, si on se renseigne un peu sur le sujet, on peut être amené effectivement à penser que le cinéma soviétique en est dépourvu. Le genre horrifique ne s’est pas développé comme la science-fiction (le sujet d’un précédent article). Parce queLire la suite « Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Le cinéma d’horreur en URSS »

Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Les raisons d’un désamour

Une fois une généalogie succincte faite, intéressons-nous aux liens entre cinéma d’horreur et mouvement ouvrier. Nous le verrons, les relations ne sont pas vraiment fraternelles. Comme j’ai pu l’évoquer dans l’introduction, le mouvement ouvrier s’est inscrit dans la lignée des mouvements rationalistes issus des Lumières, et donc la lutte contre la superstition s’y trouve toujoursLire la suite « Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Les raisons d’un désamour »

Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Les débuts du cinéma d’horreur à nos jours

Les premiers studios de cinéma produisaient déjà des films d’épouvante (Frankenstein) ou à caractère fantastique, mais c’est seulement après la Première guerre mondiale que l’horreur va vraiment devenir retentissante au cinéma, en particulier dans le cinéma allemand, avec des films comme Nosferatu ou Le cabinet du docteur Caligari. Ils font suite à l’échec de laLire la suite « Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Les débuts du cinéma d’horreur à nos jours »

Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Aux origines : du gothique au romantisme

Commençons donc avec le genre gothique. Le gothique désigne à l’origine des vestiges architecturaux de l’époque médiévale anglaise[1]. Un temps oublié et moqué, il devient au cours du 18ème siècle de plus en plus apprécié, notamment par les artistes et certains membres de la grande société qui trouvent de la mélancolie dans les ruines. En mêmeLire la suite « Mouvement ouvrier et cinéma d’horreur. Aux origines : du gothique au romantisme »

Réflexions sur le mouvement ouvrier et le cinéma d’horreur

Un seul coup d’œil dans les programmations des cinémas (ou des plateformes) fera remarquer aux plus attentifs l’omniprésence du cinéma d’horreur. Il est vrai que le genre s’est particulièrement démocratisé. Les listes recensant sur les sites de cinéphiles les meilleures œuvres horrifiques sont devenues courantes. De même les vidéastes spécialement dédiés à l’horreur et lesLire la suite « Réflexions sur le mouvement ouvrier et le cinéma d’horreur »

Entretien avec Alexis de la chaîne En tout genre

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que le principe de votre chaîne ? Je m’appelle Alexis et depuis juillet 2021, je suis le créateur de la chaîne YouTube “En Tout Genre” dont le but est de parler de cinéma de genre français sous toutes ses formes et à travers des œuvres qui peuvent avoir marqué certains esprits àLire la suite « Entretien avec Alexis de la chaîne En tout genre »

Retribution : du passé faisons table rase

« Kiyoshi Kurosawa est de ceux qui réussissent ce qu’il y a sans doute de plus difficile au cinéma : déborder les catégories existantes tout en se nourrissant de leur rhétorique, confondre la sensation primaire, tripale, avec la réflexion la plus intense, mêler la pulsion à l’abstraction froide. Il y a des personnages et il y aLire la suite « Retribution : du passé faisons table rase »

Kaïro : solitude mortelle au pays des fantômes

« On vit sans être conscient de la mort, alors que la mort est très proche. Elle peut arriver à tout moment. Cette fois-ci, c’était vraiment une réflexion sur la mort, sur comment les gens doivent vivre en ayant conscience de la mort. Dans mon film il y a beaucoup de fantômes. Pour moi, les fantômesLire la suite « Kaïro : solitude mortelle au pays des fantômes »