Entretien avec Alexis de la chaîne En tout genre

Pouvez-vous vous présenter, ainsi que le principe de votre chaîne ?

Je m’appelle Alexis et depuis juillet 2021, je suis le créateur de la chaîne YouTube “En Tout Genre” dont le but est de parler de cinéma de genre français sous toutes ses formes et à travers des œuvres qui peuvent avoir marqué certains esprits à l’époque de leur sortie ou qui sont tombées dans l’oubli . 

Pourquoi cette volonté de parler des films de genre en France ?

Je suis scénariste de formation. Depuis mes études, j’ai toujours eu une appétence pour le cinéma de genre. Avec quelques camarades scénaristes, on voulait écrire du genre mais on s’est rapidement heurté à une réalité: en France, le genre n’est pas un cinéma suffisamment représenté donc pas vendeur… Pourtant, il existe des films de genre français. A une certaine époque, c’était même ce qui se faisait de mieux (Louis Feuillade, René Clair etc.). J’ai donc essayé de comprendre d’où venait cette réalité et pourquoi est-elle si ancrée dans notre industrie ? A ce moment-là, j’ai essayé de chercher la réponse chez les irréductibles cinéastes qui font du genre dans notre pays. Lors d’une masterclass, Alexandre Aja a dit qu’il n’avait pas les réponses à ces questions mais que ce serait sûrement dû à un mélange de peur de l’échec et de l’accueil du public. J’ai décidé de me lancer sur YouTube pour parler de films de genre français, histoire de montrer au public que ces films existent.

Votre genre favori c’est la science-fiction si je me souviens bien. Est-ce qu’il y a une forte culture SF en France ?

            Je pense que s’il y a une forte culture SF en France, elle est plus composée de “fans” de SF que de créateurs, à notre grand dam. Quand on parle de SF en France, on cite très facilement Jules Verne et Georges Méliès pour montrer qu’on a été pionnier dans le domaine. C’est vrai ! Mais avons-nous vraiment entretenu un rapport fort avec ce que ces deux personnes ont apportées au genre ? Je n’en suis pas si certain. Évidemment, on pourrait citer les bandes dessinées d’Enki Bilal, le festival des Utopiales à Nantes ou encore la revue Métal Hurlant, mais tout cela reste dans une culture de niche plus que populaire. Pour moi la culture SF accompagne le virage technologique et informatique que certains pays, comme les USA et le Japon par exemple, ont accueillis à bras ouverts. Elle est donc plus forte dans ces pays-là. Ce n’est pas anodin qu’on l’ai vécu avec Jules Verne car on était justement à une époque où la France était un pilier de la Révolution Industrielle. Aujourd’hui, elle est beaucoup plus méfiante. On est complètement en retard sur le tout numérique et technologique. De ce fait, la fiction subie également ce retard parce qu’elle n’a pas de réalité sur laquelle se baser. Je pense que ceux qui cherchent à faire de la SF en France, peu importe les médias, peuvent être frustré du refus de prendre ce virage.

J’ai l’impression que lorsqu’on parle de cinéma d’horreur, de science-fiction ou de fantastique français, quand bien même nous avons un grand héritage de ce côté-là dans l’Hexagone, cela oscille entre la méconnaissance et le mépris. J’ai même l’impression que pour qu’un film français de ce type soit valable aux yeux de certains critiques, c’est qu’il doit être un copié collé de ce qui se fait aux Etats-Unis. Qu’en pensez-vous ?

            Je pense déjà qu’on se leurre complètement à voir ce qui se fait aux Etats-Unis comme un modèle. J’ai l’impression qu’on parle généralement de divertissement hollywoodien quand cette question est abordée mais à mon sens, cela fait quelque temps que Hollywood ne produit plus de cinéma de genre. Le cinéma de genre, on le retrouve dans le cinéma indépendant chez des cinéastes comme Jordan Peele (Get Out) , Ari Aster (Midsommar) ou Robert Eggers (The Lighthouse). Cependant, avant d’imaginer pouvoir s’inspirer des américains, on devrait peut-être avoir un regard sur ce qui se fait chez nos camarades limitrophes. En ce qui me concerne, cela me désole plus de voir qu’on ne puisse pas atteindre la qualité de ce qui se fait, par exemple, en Espagne en matière de cinéma de genre. En France, je pense qu’on ne peut pas s’empêcher de se chercher des modèles parce qu’on a nous-même pas su créer de véritable culture du genre “à la française”. Après, on a quand même marqué des esprits à une certaine époque avec ce que les américains ont appelés le “New French Extremism” où des réalisateurs français ont proposés des films d’horreur très gores (Haute Tension, Martyr, A l’intérieur etc.). Donc, je pense qu’au-delà même de la méconnaissance, nous avons tendance à facilement oublier que nous sommes capables d’assurer une proposition de cinéma de genre avec une identité qui peut nous être propre. Le tout reste d’entretenir cette culture dans le temps…

Question pour la fin, comptez vous faire d’autres vidéos hors-sujet comme celle sur Halloween ?

            J’envisage, effectivement, de proposer différents formats qui interviendront dans les prochaines vidéos. Déjà, je souhaite me pencher sur des carrières de réalisateurs qui ont marqué le cinéma de genre français. Je prévois des vidéos un peu plus théoriques sur le genre de manière générale et comment il est exploité en France notamment à travers l’assimilation à la comédie.  Mon objectif sur le long-terme, serait de parler de la culture de l’imaginaire en France ce qui m’amènerait à parler de différents médias, en lorgnant du côté de la série TV ou de la littérature ou même des “légendes” régionales comme celles abordées dans la vidéo sur Halloween.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :